siterenaudgermain@live.ca





20190418_122338.jpg

20190418_120932.jpg

 20190418_120937.jpg
20190418_103622.jpg
20190418_103613.jpg

 


chose à ne pas faire:

aucun traffic d'image digitale. just raw shit.

ne pas prendre cette image, et l'incorporer à l'autre.

 

 Très actif pour mon projet dans les marges de mon bacc

 

8 1/2 x 11 a la rigueur

i.jpg

Je travaillais à une bande dessiné sur le décrochage scolaire, à partir d’une nouvelle que j’avais écrite, et qui, diffusé sur mon blog, avait quelques réponses positives. Je prenais des photographies, à l’intérieur de différents locaux dans l’université ou je me rendais sans grande motivation suivre des cours obligatoires. Tout ce travail documentaire pour faire une BD. 

 Je recois des ordures.

 

20190320_111123.jpg
20190122_125313.jpg

20190304_082536.jpg

20190107_113606.jpg
20190122_124505.jpg

 Cisgenre art

20190308_091335.jpg
20190414_021139.jpg

 

 Mark Cheetham « Nous sommes bombardé par des fragments de littéralité, de figuratif et de narratif, souvent encodés dans une imagerie commerciale trop facile à décrypter »

Call of Cthulhu_20190112231533_1.jpg

Call of Cthulhu_20190113013736.jpg

Dying Light_ The Following – Enhanced Edition_20180320195456.jpg

NieR_Automata_20190326193200.jpg


 


Fallout 4_20190207212543.jpg

Fallout 4_20190207194725.jpg

 


11-02-10_0941 (1).jpg

 Non-stop

 

 


Tout communique

(8000 mots)

« Qui reçoit et qui écoute, et comment. »

Jean-Paul Chavent

 

Son nom était Ai, il longeait les ruines d’édifices avec son manteau en kevlar cuir et son sac, son regard était perdu, comme deux points noir sur un faciès sculpté recouvert d’un drap blanc, sa psyché était défaillante, il ne retrouvait que momentanément le confort et l’aisance de la pensé de tout les jours, il marchait pour se rendre dans un bureau, une compagnie, un entrevue pour un emploie, la foule circulait alentour, grisâtre, grisaille, tout le béton et l’asphalte, toute la pierre semblait se détacher par écailles et par morceaux pour durement affecter le moral.

 

Ai était qualifié pour la fonction, mais l’actualité récente de son autobiographie lui rentrait dedans, la perte et la dépossession dégageait en lui un lyrisme désespéré qui s’enroulait à son visage pour défaire son aptitude à se considérer autre chose qu’inadéquat. Une agression, un vol, alors qu’il dormait dans le minuscule logement qu’il arrivait à peine à se payer, un thug, un petit bully, un populiste démago, un seul criminel pour enfoncer sa porte, pour le menacer, le frapper, et partir avec son matériel informatique, des années de travail dans un environnement appauvri disparu, tout son sarcasme, son ironie renvoyé dans les limbes, pour le laisser comme un corps fragile dans un espace, un seul autre humain pour faire subir ça à un autre, une seule personne.

 

Il marchait dans les rues, tant bien que mal, les nécessités du présent forçant leurs chemins pour forcer les blessures de sa conscience à se faire oublier, la dureté du mental, comme pouvait le dire un tannant plus heureux que lui, apte à se payer une carte de citoyenneté avec plus de droit que lui, celle des zones aisés, ou les préoccupations allaient vers l’éducation des enfants, la vie familiale, l’avenir et le progrès. Lui, il réussissait à obtenir une carte de citoyenneté de niveau 3, il évoluait dans des réalités sociales pas autrement qu’un prisonnier, mais devait subir des médiatisations, certaines parties de sa vie se trouvait examiné par des agences de marketing, alors qu’elles chassaient le gibier, ce magnifique corps de données que son monde privé et intime pouvait procurer. C’est pour cela aussi que le vol dont il était la victime lui rentrait dedans comme une barre de fer, sa stratégie de survie était dorénavant inopérante, s’isoler avec un peu de matériel informatique sans établir de connections avec des réseaux de communications n’était plus possible. Il gardait un visage écœuré, dans le malheur l’ombre de la fatalité lui glissait à l’oreille qu’il n’était pas pris avec la problématique du kidnapping aléatoire, ni la problématique des interactions avec les clients mystères, observateurs anonymes, consommateurs et spectateurs de son autobiographie. Pire, les emmerdes d’une campagne de dénonciation de comportements, alors que les autorités, avec le désir de pureté, jugeaient certains comportements comme déviants, pour fermement s’imposer auprès des citoyens, toujours la même maudite phrase : « vous nous excuserez d’avoir agis ainsi », comme si l’insulte pouvait soigner et aider à changer les gestes honnis, tout l’effort déployés. «  je suis obligé de vous contredire », tien celle-là il allait la dire dans son entrevue, alors que le trafic des panneaux réclames à cette intersection était très important. Au moins, il pouvait s’évader des publicités en fermant les yeux, les communications à sens uniques nourrissaient le corps social avec le bas de gamme commercial et la raclure des corps sexués pornos à tout les jours, et presque partout, tout était monnayé, tout était sur le marché. Et dire qu’on s’était emparé de tout son contenu privé comme pour lui donner un statut de prisonnier, comme si sa carte de citoyen ne valait plus rien, tout le crédit accumulé pour sa petite carte en plastique avec sa signature rétinienne inscrite mensuellement dans ce bureau miteux, les pensés suicidaires s’infiltraient naturellement dans la continuité de ses pensées axés sur la disparition, il traversa la rue. 

     

La fonction dans cette entreprise était simple pour lui, il l’avait déjà fait, il devait visionner les images captés dans le cadre de cette émission, tout communique, pour soumettre ces observations, ces commentaires à l’équipe de production. Contrôle externe, contrôle de la qualité. Plus jeune, il avait utilisé son langage descriptif avec ironie, se permettant des pointes sadiques sur le contenu des images, une télé-réalité ou on exploitait cyniquement des clients habituels de différents sites internet sur le réseaux en piratant leurs appareils, en dissimulant des minuscules caméras dans leurs logements, en les privant de jours en jours de différents services, le travail de montage était considérable, l’émission et le salaire qu’elle lui procurait prirent fin lorsque la mort et la folie de quelques clients furent pendant quelques temps la cible d’une campagne de dénonciation. L’outillage de communications que procurait sa carte de citoyenneté devait maintenant contenir des publicités de différentes marques de commerces, parce que le pluralisme et la multiplicité promulguer était obligatoire. La concurrence a créé un monde ou tout était permis. Il allait dire cela. Dans son appareil, avec parcimonie, il avait insérer des dossiers prohibés. Certains étaient des achats sur le marché noir, certains étaient des dons, des cadeaux, certains étaient illicitement acquis, la beauté est une source de tentation et de désir ou on l’aime étancher son insatiable soif. C’était des dossiers vocaux ou des justes prenaient la parole avec des langages adéquats, c’était prohibé. Ai maintenait malgré tout une ligne de conduite risqué en gardant avec lui des capsules sonores qui entrait directement en conflit avec certaines campagnes de dénonciation de comportements.

 

Il avait déjà connu un gars qu’on avait fusillé, pour le laisser, son corps mort, et les représentations photographiés de son corps inanimé, à la vue de tous, servir d’exemple, ainsi, ramasser avec négligence n’importe quel dossiers sonores sans considérations pour autrui lui avait coûter chère, les représailles des campagnes de dénonciations était parfois très aléatoire. Et dire que ce gars là, après avoir bien servit l’administration militaire, attendait son billet pour un espace loué en certains quartiers onctueux, là ou les marques de commerces circulaient en fonction de nos désirs et de nos jouissances, là ou les maîtresses de maisons servent l’ensemble des fantaisies du moment pour un prix, car le logement et le corps pornos sont fournit avec la carte de citoyenneté. Il s’attendait pas à payer de sa vie son inconduite. «  La permanence des inconduites » était justement une parole frappé d’interdiction, il n’allait pas la dire à son interrogatoire   

 

Il ne pouvait se permettre d’être déclassé vers l’esclavage des usines bordés de leurs cimetières, il ne pouvait pas  se payer, avec les fonctions et son statut de créatif, un espace ou les corps pornos parés des modifications de leurs propriétés corporelles, ainsi que de leurs arsenal de produit de beautés, s’exhibaient cela, les plaisirs. Il était avec un statut de créatif sans fonctions opérantes, trop intelligent et trop beau pour être réduit à l’esclavage des usines, trop pacifiste, tout était écrit dans son dossier, son rapport à l’animalité ne pouvait pas être trop modifier sous peine de perte irrémédiable de ces fonctions créatives et positives. C’était ce qu’il allait leur dire.

 

À son interrogatoire, il avait beaucoup d’ennuie, à cause d’une plaisanterie. Elle était inscrite dans son dossier, permanence des inconduites. Il avait, alors qu’il occupait des fonctions dans une agence, fait une blague sur un groupe social alors plutôt inconnu par le grand public, mais pour ceux et celles à l’affût d’informations, et comme créatif il se devait d’être bien informé, ce fait était connu, on ne fait pas explosé à coup d’explosif des statuts de pierre grandes comme des buildings et s’attendre que cela passe inaperçu. Par la suite, ce groupe social avait été diaboliser par une campagne de dénonciations, il devait alors très sérieusement expliquer aux questionneurs comment l’information circulait dans les réseaux, pour mettre en valeur le fait que le malentendu n’était en fait qu’une compétence extraordinaire pour cerner les problématiques cruciales développés dans le cadre de ces fonctions de créatifs.

 

C’était dans une zone aseptisé et neutre que l’interrogatoire avait eut lieu. Il avait déjà répondu à plusieurs questions et à plusieurs préoccupations, lorsqu’une porte avait laissé entrer un homme. Le regard, le visage, le corps de Ai avait alors saisit, sa carapace psychique d’un coup avait disparut comme un crachat à la rue, la bouille médiocre de cette homme était celle du thug qui l’avait agressé. La voix dans le haut-parleur lui avait demandé s’il reconnaissait cet agent, il avait hoché la tête. Il n’était plus qu’une épave en train de répondre maintenant aux interrogations concernant tout le matériel informatique qu’il avait dissimulé chez lui. On le pria de remettre sa carte de citoyenneté, avant de sortir. Ne restait plus comme avenir que l’esclavage des usines.  

 

 Prochain projet pour 2019

Dans les marges de mon baccalauréat

20190211_114129.jpg

 

 

 

 

projet 2019

retrospective utopique et videographie autobiographique

 

note- il faudrait pouvoir interrompre le service pour remplacer aléatoirement les supports de l'oeuvre par des miroirs.

 

page de 1.jpg






 

entrevue

- Ce projet...?

- Ce projet marque mon incapacité à me réaliser, à m'épanouir dans un milieu professionnel. Il sera un fait, avant que je passe à autre chose, et je sais pas quoi. 

- Cette année, ça va faire 20 ans que tu fais de la BD, tes réactions?

-Je n'ai que mépris et haine pour une société fade et timorée qui me laisse mourir dans l'indifférence au profit de jugements de valeurs conservateurs fondé dans la peur et l'ignorance, et qui célèbre l'esthétique pauvre du bonhomme allumette comme un reflet de sa profonde médiocrité.20 ans de bénévolat, et pourquoi? C'est des ingrats, du monde cheap, des hypocrites.

As-tu un message?

Il n'y a qu'échec.

commentaire du journaliste juste avant la pause commerciale:

A man of the people. 

 

 

 photo-12-0014.jpg

 

 tiré de mordide station(2014)

-blade runner

feuille 15 (1).jpg

 

page tiré de mon recueil Hopeless(2013)

 

2w (75).jpg2w (76).jpg2w (77).jpg2w (78).jpg2w (79).jpg2w (80).jpg





 

2w (172).jpg

 

 

 2w (84).jpg

 

 

2w (85).jpg
2w (86).jpg


 tiré de refus total(2009)

0008.jpg

 

tiré de Prisons (2009)

-beaudelaire

00071.jpg

 

 

 tiré de fait figure (2005)

-hubert aquin

25 copie.jpg

 juste bd- hostie de comique (1999)

allusion à victor hugo

8b.jpg28a.jpg

 


Don
Prix : 10.00 CAD

 

 

 20190126_110346.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 nji ddddd.jpg

 

 

 

 

 

 

cg.JPG


 

 

 

 

 

 

 

 

On voit ainsi se développer une proposition épistémologiquement très forte qui pourrait s'énoncer ainsi : le réel peut tout entier s'interpréter en termes d'informations et de communication.". Philippe Breton, l'utopie de la communication.

 

 

 

 

 

 o.jpg

 

 

follow up

 

 

 

03 (10).jpg

 on en apprend à tout les jours, j'ai aussi une pratique de photoconceptualisme

 

 

 

 

 contenu local

 

 

 

 

IMG_20180722_0004.png
À partir du 10 octobre, à la bibliothèque de Saint-Henri, le public est invité à regarder des artefacts du village des tanneries

j'ai fais un BD sur ça, mais voici, pour vous, vestiges ensevelis.


11 corrigé.jpg12.jpg13 corrigé.jpg14 corrigé.jpg15 corrigé.jpg16 corrigé.jpg17 corrigé.jpg18 correctif.jpg19 corrigé.jpg20.jpg21.jpg22.jpg23 corrigé.jpg24.jpg















Sans titre - 2hyujjjj.jpg
m9.jpgt78.jpgUntitled-1uuyutyuyuy.jpg




kp 014.JPG

 

 
DSC_1477.JPG



 

selon nos infos, planche de 2013

 

080image.jpg081image.jpg
selon nos infos, planche de 2009

kp 015.JPG

nnn 002.JPGDSC_0951.JPGIma222ge.jpgImag4444e.jpgtactEnsemble2.jpg

 

 

hhhhhh 003.JPG

dd.JPG

cliquez sur l'onglet 

 pour plus de 140 pages de BD originales
faites en 2013

 mn.jpg
avenir bloqué 1.jpghhhhhhh.jpg

 

 

 dessins biomorphiques abstraits,

BD sans illustrations commerciales,

photos et 3D.

pages-collages d’actualités.

 

            

Section idée-reçue

pages-collages sur les zactualités, et autres

 DSC_1418 (2).JPG

les habitudes du regard, acrylique, 2018

 

 

POUR PLUS DE BD, CLIQUER SUR L'ONGLET PHOTOS 

dd.JPG

1 (1).jpg

 

 

 

 



1cc (32).jpg


 


1 (2).jpg1 (15).jpg

POUR PLUS DE BD, CLIQUER SUR L'ONGLET PHOTOS 
dd.JPG

1a.jpg

2aaa correct.jpg3aaaaaa verd de dervh.jpg3aaaaaaannnnnnnnversion.jpg4aaaaaaacorrect.jpg5aaacorrect.jpg6aa.jpg


7aa.jpg



8aborduas.jpg

9alawren harris.jpg10 afemme sauvage chez pellan 2.jpg11afffffff.jpg12a.jpg13a.jpg14a.jpg



15a.jpg

bmbnmbmbnmbnmb.jpgbvbvnbvbvbnvbn.jpg

gjhgjgjhgjhgjhgjj.jpgjhkhjhjkhhkhjkhk.jpg


bnvnvbvnvnbtxtvers.jpg<a class="zoomable" href="https://static.blog4e